Digital ou Print, quel est votre camp ?

Digital ou Print, quel est votre camp ?

En l’espace d’une vingtaine d’années, notre vision du monde a été bouleversée. Notre manière de communiquer également. De la matière au digital, du print au numérique, la production communicationnelle ainsi que les choix stratégiques de votre campagne dépendent des supports sur lesquels vous souhaitez communiquer. Le print, comme le digital, offrent de multiples possibilités à votre plan de communication. 

Alors, seriez-vous du camp de la nouveauté, des innovations de la communication digitale, ou de l’émotion à travers l’aspect physique du print ?

Le print : l’affection du physique

Alors que l’ère du numérique veut nous tourner le regard vers les nouvelles possibilités de la communication digitale, comment le print peut-il se défendre face à ces nouveaux supports qui veulent s’imposer. 

 

Avant tout, d’après une étude de l’ACPM, la part de lecteurs quotidiens en France représente 97,6% des Français, continuant à lire la presse quotidienne, figure d’une population attachée au physique. De plus, le print représente moins que ce que nous pouvons imaginer en matière de budget pour votre entreprise : 1 à 3% du budget total. Enfin, le print est modulable et peut se présenter sous toutes formes : flyers, affiches, cartes, stands, autocollants, etc. Ces formes sont également déclinables selon les formats et les particularités que nous pouvons leur donner (dépliant, créatif, sensoriel…).

Mais l’atout majeur du print, la raison pour laquelle le print continue à être préféré au digital par la population, est son statut de vétéran. Autrement dit, le print, ou le papier, est présent depuis la production en masse de la presse lors de l’époque de Gutenberg. Le print est présent depuis des siècles, et la communication sous papier est utilisée depuis au moins un siècle. Cette relation, créée entre les clients et cet aspect physique, est un avantage considérable, le consommateur se sent plus concerné par un produit ou un service, si celui-ci détient une pub physique ou une carte de visite. Le print permet d’apporter une touche sensorielle à sa communication, ainsi qu’un aspect graphique plus marquant, plus “tape à l’œil”, essentiel au souvenir de votre campagne. Vous vous devez d’être vu, et cela passe essentiellement par votre caractère original, marquant auprès de consommateurs, qui se souviendront potentiellement de votre communication s’il y a eu un contact visuel ou sensoriel avec celle-ci. Nous portons tous de l’affection à ce que nous avons entre les mains. Le caractère physique du print, lui permet de se démarquer face au caractère éphémère du digital. Toucher l’aspect sensoriel, voilà donc l’objectif, avec 60,6% de bêta de mémorisation à la vue d’un courrier adressé. 

 

Le print permet de jouer entre communication et réalité des prospects, à travers un caractère unique, une affiche positionnée à un endroit stratégique, une peinture murale ou encore une campagne interactive. Le print touche plus, 46% des lecteurs ayant lu ou reçu un courrier publicitaire se sont rendus ensuite dans le magasin en question.

 

Mais alors, face à l’ensemble des qualités du print, malgré ses défauts environnementaux, comment se défend le digital ? 

Le digital : avènement et nouveauté

Avec 2 milliards de personnes dans le monde connectés constamment à Internet, la vision de votre campagne est démultipliée. Le digital a deux atouts de poids, qui sont ensuite divisibles en plusieurs qualités.

Primo, le digital permet de réaliser un pas conséquent pour la préservation de l’environnement, avec la simplification des actions communicationnelles et la réduction de la production de papier. Cela comprend, par exemple, la baisse drastique des courriers physiques, en transition pour du courrier électronique. Cette transition comprend également la production chimique d’encre, mais aussi le circuit de production de papier, son acheminement, son poids, sa taille, etc. Le digital permet une simplification de tous ces éléments, modifiant la manière dont il est possible de créer sa communication et de la diffuser. 

 

Secondo, le digital offre une polyvalence et une facilité pour les consommateurs. L’ère du numérique rime avec utilisation du smartphone et autres appareils connectés. Cette abondance d’outils permet d’avoir accès à de nombreuses informations, dont des centaines de campagnes de communication, par le simple réflexe de sortir notre téléphone de notre poche et d’aller sur n’importe quelle application. Si vous lancez Spotify gratuitement, vous aurez des publicités audio, si vous décidez de faire un tour sur Twitter, vous tomberez facilement sur quelques publicités sur votre fil d’actualité, enfin, si vous voulez regarder une vidéo sur Youtube, dix secondes de pub ne vous feront pas de mal. 

 

Le digital vous offrira une durabilité et une pérennité sur de nombreuses plateformes, tout en réduisant les coûts d’une campagne, permettant de multiplier les actions communicationnelles à travers de l’e-mailing, des partenariats, des sponsors, du référencement payant, etc. Celui-ci permet d’assurer un contact continuel avec ses clients, offrant une nouvelle image de l’entreprise, se désacralisant afin d’entretenir une relation plus chaleureuse avec une communauté. C’est là le rôle du community manager. 

 

Alors, seriez-vous en faveur d’un print plus fort sentimentalement par son aspect sensoriel, ou par la modularité du digital ? En réalité, il n’y a pas de réponse. La solution serait d’allier les deux. Pousser la création du print, tout en assurant la quantité du digital. Être vu continuellement sur les réseaux, en créant des visuels de qualité en format physique. Voilà ce que l’on appelle aujourd’hui le cross-canal, une alliance inévitable si vous souhaitez rester dans la modernité.

Finalement, tout le monde est content ?

Posted in Article and tagged , , , , .